Le Pic du midi d’Ossau en 3D ! Du jamais vu …

Visualisation 3D du Pic du midi d’Ossau

A l’occasion des 70 ans de l’UNGE, 3 sociétés référentes de l’industrie des drones civils ont étroitement collaborées au profit de la filière « géomètre-expert » pour cartographier le pic du midi d’Ossau en 3D à une résolution variant de 5 à 10 cm par pixel.

Co-gérant de la société AirCity Diagnostic et opérateur de drones civils en région Nouvelle Aquitaine, Loïc Richard fut chargé de la coordination des opérations et de la mise en place des partenariats technologiques nécessaires à la réussite du projet.

« Pour cartographier et modéliser le Pic d’Ossau sur une telle surface (environ 400ha), notre choix s’est naturellement tourné vers la société parisienne Aeromapper qui conçoit et opère des drones à longue endurance et long rayon d’action (pilotage en vol hors vue : scénario S4 conforme à la législation) et dont la spécificité est l’emport d’un appareil photo numérique de 24 millions de pixels équipé d’une focale de 19mm garantissant une résolution et une qualité d’image tridimensionnelle unique sur le marché. Après l’étude de faisabilité et l’acceptation du projet par Aeromapper, nous avons pu travailler de concert sur la préparation des vols avec la société Drones Imaging, bureau d’étude spécialisé en photogrammétrie et en charge du post-traitement sur ce projet.

Cette collaboration nous a donc permis de maîtriser la chaîne de valeur sur une mission complexe où chacun a apporté une expertise singulière, c’est à dire : la préparation des plans de vol répondant aux standards de la photogrammétrie, le pilotage en haute montagne et le traitement des données » explique Loïc Richard.

« Un mois avant le début des opérations, l’étude minutieuse du Pic du midi d’Ossau nous a permis de localiser les différentes zones problématiques du massif. Par exemple, l’ensemble des surplombs rocheux non visibles en prise de vue verticale ont été complétées par des prises de vue obliques afin de couvrir l’intégralité du Pic. Aussi, la stratégie de découpage des vols en fonction de l’éclairement solaire nous a permis de limiter le facteur ombre pour une qualité optimale des images » explique Loïc Hussenet, Président de la société Drones Imaging.

Déployés le 17 octobre 2015 au pied du massif après une ascension pédestre de 2h00 (système de drone complet à dos d’homme), les premières opérations de captation aérienne ont pu débuter après confirmation de la pose des cibles par les équipes de géomètres qui opéraient tout autour du Pic. Dès lors, et après une ascension de 900m, l’AVEM d’Aeromapper a pu commencer son programme de vol automatisé permettant d’enregistrer plus de 1500 clichés à 3000m d’altitude. Ce vol en conditions extrêmes a été facilement réalisé par cet outil cartographique de haute technologie et a permis de modéliser l’intégralité du Pic D’Ossau en 3D.

%d blogueurs aiment cette page :